Les incidences psychosociologiques d'expériences socialisantes d'abandons: des prémices d'un individualisme de survie en Haïti

On ne grandit pas impunément dans un milieu hostile, structuré autour de la misère, de la violence, de la dépendance, du chaos et des risques permanents de catastrophe. A travers un jeu d'accommodation et d'assimilation, les individus ne cessent de "manœuvrer entre de multiples barrières sociales, à choisir les voies susceptibles de sauvegarder le maximum de potentialités personnelles''. Ces stratégies identitaires, en raison de leur coût psychosocial, n'aboutissent pas toujours à des comportements émancipateurs. Les mécanismes qu'ils utilisent pour tenter de rester soi ne sont pas toujours les plus adéquats et affectent de ce fait les pratiques du vivre ensemble. Les individus, notamment les plus démunis construisent leur identité en se retranchant au plus profond d'eux-mêmes, dans une lutte continue pour soi et en définitive contre l'autre. Une lutte alimentée par ce souci de reconnaissance historiquement ancré chez les Haïtiens, révélant au final une forme d'individualisme de survie.