Psychothérapie Existentielle et Multiculturalism: Quelques Élements de Reflexions Autout de la Question de la Souffrane et du Sens en Haïti

Personne ne nous a demandé si nous voulions prendre naissance dans une partie du monde déterminée ou si nous voulions faire partie de telle ou telle classe sociale. Et pourtant, une fois nés, nous sommes appelés à donner quotidiennement une réponse à la vie. Aucun être vivant ne souhaite souffrir. Et pourtant, la souffrance nous accompagne. Nous savons avoir mal dans notre corps, dans notre psychisme, dans notre vie, dans la société dans laquelle nous sommes nés ou nous avons choisi de vivre (le phénomène des migrations à travers le monde). Il nous arrive de poser la question du « pourquoi » ou encore du sens de notre existence. Les victimes du séisme du 10 janvier 2010 qui a secoué Haïti ont connu une souffrance incommensurable. Six ans après, le cyclone Matthew vient de meurtrir les populations de trois départements (Sud, Nippes, Grand 'Anse) d'Haiti. Souffrance et sens peuvent être liés. Cette problématique est abordée par Viktor Frankl, le père de la logothérapie, dans ses nombreux écrits. La question qui nous interpelle aujourd'hui est la suivante : « L'homme moyen d'Haïti ou l'homme caraïbéen est-il capable de trouver un sens à sa vie au cœur des souffrances causées par des causes sociales et des catastrophes naturelles ? ». C'est à partir de cette question que nous présenterons la pertinence de la pensée de Viktor Frankl dans l'espace haïtien et caraïbéen.